Une place se libère…

Matt Bradley, 26 ans, devait se rendre à Dean Court accompagné de son père pour encourager les « Cherries » de Bournemouth face à Newcastle. Mais dû à un désistement de dernière minute, Matt se retrouvait seul devant l’entrée du stade…

« Mon père a choppé un mal de ventre la veille, et peu avant le début de la rencontre, il m’a dit qu’il ne pourrait malheureusement pas se joindre à moi, » raconte le jeune fan du sud de l’Angleterre. Bordant les murs du stade, Matt s’est donc mis à la recherche d’un remplaçant de dernière minute (il fallait que ce soit une personne retraitée, tel le stipulait l’abonnement de son père).

Bournemouth-vs-Watford

Un certain Gordon Roberts

Ne trouvant personne aux caisses, Matt s’est aventuré plus loin sur l’esplanade. Là, il est tombé sur un certain Gordon Roberts, qui tentait en vain de trouver une entrée pour le match.

« Vous savez, Gordon Roberts est un peu une légende locale. Je l’ai souvent vu aux matches, mais jamais je ne lui ai parlé. » À Bournemouth, ville dans laquelle a vécu J.R.R Tolkien de 1968 jusqu’à sa mort, nombreux sont ceux à connaître ou avoir entendu parlé de ce vagabond : il est réputé pour toujours pouvoir vous dire l’heure, sans jamais porter de montre. Petit clin d’œil à sa notoriété locale, les résidents de la région avait (hélas, sans réussite) soumis son nom pour qu’il devienne porteur du flambeau olympique lors des Jeux Olympiques de Londres, en 2012.

En cet après-midi automnale, Matt l’a donc approché : « Vous cherchez un billet ? Il ma répondu que oui et je l’ai donc emmené avec moi. » Ce fut aussi simple et rapide que cela. Il faut rajouter que le jeune était particulièrement inspiré ce jour-là. « Je venais de voir la dernière campagne de John Lewis qui parle justement d’aider les aînés. »

Le football fédérateur

Les deux hommes, unis par leur passion pour le football, sont donc entrés dans le stade et se sont posés l’un à côté de l’autre. « Il était un peu choqué, au début, mais très enchanté. On a chanté quelques hymnes ensemble, discuté de football, puis à la mi-temps, on a partagé un thé. » Lors du match, les deux hommes ont même pris le temps de faire… un selfie !

Cela faisait un certain temps que Gordon Roberts n’avait plus assisté à une rencontre. Lorsque Bournemouth évoluait dans les ligues inférieures, il était plus facile de se procurer un billet. Mais depuis l’ascension dans l’élite anglaise, ces petits papiers sont devenus plus rares et plus prisés.

Ceci dit, tout le monde a pris le temps de souhaiter la bienvenue à Gordon Roberts au stade. « Je crois qu’il connaît chaque personne dans le club. Les stewards lui demandaient tous comment il allait (‘comment va, Gordon ?’). Il est très populaire et bien apprécié au sein du club, » rapporte Matt qui aura passé un bel après-midi en compagnie de son nouvel ami.

Le petit geste de Matt aura fait le plus grand bonheur de Gordon, même si les « Magpies » de Newcastle auront finalement pris le dessus sur l’équipe locale. Une énième preuve que le football peut rassembler des personnes de tous horizons!