Dans le petit monde du football, on entend souvent revenir cette rengaine : lorsque l’on supporte une équipe, on le fait jusqu’à la mort. Aussi lugubre et macabre que cette affirmation puisse paraître, elle est parfois malheureusement teintée d’une certaine réalité.

C’est le cas dans l’histoire de Lorenzo Schoonbaert, fervent supporter du FC Bruges depuis sa tendre enfance. Atteint d’une maladie incurable et dégénérative, un cancer des intestins, le fan a tenu à prouver une dernière fois tout l’amour qu’il portait à son club avant de partir et, par la même occasion, réaliser son rêve de toujours, celui de rencontrer ses joueurs favoris.
Par le biais des réseaux sociaux et de la presse locale, il a fait part de sa situation au club Blauw en Zwart qui, touché par la requête, a bien entendu fait le nécessaire.

Optimized-Supporter_Bruges_Fans_Nation2

Les adieux de tout un stade…
Et le club flamand a été bien plus loin que cela. Alors que Bruges devait affronter la formation de Mouscron dans un match de championnat belge, les dirigeants brugeois lui ont réservé une belle surprise. En effet, Lorenzo a eu l’occasion de donner le coup d’envoi fictif de la rencontre en compagnie de sa petite fille de 7 ans, Dina.
Mieux encore, le supporter a eu droit à une véritable ovation de la part de « son » public, où les supporters ont entonné le fameux « You’ll never walk alone » (tu ne marcheras jamais seul), traditionnel chant anglais qui prend ici un tout autre sens…
Visiblement extrêmement ému par cette belle attention, il a tenu à remercier le public pour ce moment, « je fêterai le doublé du club depuis le ciel » a-t-il même symboliquement ajouté.

Une nouvelle fois, le football a ici prouvé qu’il était bien plus qu’un simple sport de ballon. De par la beauté de l’ovation du public et la volonté de Lorenzo de se tenir aux côtés de son club même dans les moments les plus tragiques, on voit qu’il existe un vrai lien, une foi dans le football qui dépasse le simple cadre de l’exploit sportif.

Un sentiment ressenti par les joueurs qui ont rencontré le fan avant le match. C’est le cas du gardien de but australien Matthew Ryan qui, dans un tweet, a exprimé toute son admiration et son émotion. « Je n’ai pas eu de mots lorsque je l’ai rencontré. » Avant de partir, Lorenzo avoua avoir « réalisé un rêve d’enfant », lors de cette journée.

Des supporters soudés dans la douleur
Cette histoire a de loin dépassée les frontières belges. Si différents médias internationaux tels que le Washington Post et la Gazzetta dello Sport ont relayé ces élans de solidarité, c’est bien de la part d’autres supporters qu’un magnifique geste est venu.

Quelques jours après le décès de Lorenzo, Bruges devait affronter le club turc de Besiktas dans le cadre de l’Europa League. Pour l’occasion, les Carsi, l’un des principaux clubs de supporters du club stambouliote, ont réalisé une émouvant banderole sur laquelle on pouvait lire, en néerlandais, « Lorenzo Schoonbaert. Sincères condoléances ». Dans cette triste situation, le football et ses supporters ont su se sublimer, dépasser leurs clivages et mettre de côté leurs provocations pour rendre un vibrant hommage au fan de Bruges. Malgré la complexité du monde des tribunes, le football est bien l’un des seuls sports ou de telles émotions sont possibles et réalisables.

D’autant plus que l’histoire de Lorenzo n’est pas un cas unique. Ce genre de soutien dans le monde du football avait déjà été réalisé pour Rooie Marck, un ultra du Feyenoord Rotterdam. Egalement extrêmement malade, le néerlandais avait, lors d’un entraînement de son club de cœur, eu le droit aux chants d’une tribune complète en guise d’émouvant hommage.