Football pour tous

De plus en plus, le football est un sport qui touche toutes les couches de la population. Que ce soit dans les bidonvilles où l’extrême pauvreté prévaut aux quartiers les plus riches des grandes capitales européennes, tous les supporters et les sportifs (professionnels ou du dimanche) sont animés par une même passion, un amour inconsidéré et infini pour le ballon rond.
Cependant, il existe une catégorie de personnes pour lesquelles l’accès au football est bien plus compliqué : les handicapés. Si de gros efforts sont réalisés par les clubs pour faciliter l’accès au stade, la pratique sportive est bien plus délicate tant le développement du handisport semble prendre du temps.

Cecifoot Fans Nation Football

C’est pourquoi il est important de souligner les grandes avancées en la matière. Et à ce niveau-là, le Cécifoot, aussi appelé football à cinq pour déficients visuels, est un exemple à suivre. Tout simplement, il s’agit du football réservé aux non-voyants et malvoyants. En effet, si des aménagements avaient déjà été développés pour les personnes amputées où atteintes de handicaps moteurs (football à sept), rien n’avait encore été fait pour les individus atteints de cécité. C’est désormais chose faite grâce à cet impressionnant sport, où les joueurs, malgré leur handicap lourd, parviennent à profiter de leur passion et à faire de belles parties de football.

Le football comme passion

Le règlement de ce sport est simple. Les dix joueurs (cinq pour chaque équipe) disputent le match sur une pelouse de la dimension d’un terrain de handball, cette dernière est bordée de barrières d’1m30 de hauteur pour apporter une délimitation claire aux joueurs. Pour s’assurer que le handicap est le même, les yeux des joueurs sont bandés. Pour le repérer, le ballon est équipé de grelots qui permettent ainsi aux joueurs, dont l’ouïe est bien plus développée, de pouvoir jouer.

Derrière les deux buts, sont également présents des préposés au guidage qui ont l’autorisation d’indiquer aux joueurs leur position et celle du but. Evidemment, des aménagements sont apportés par rapport à un match de football « classique ». Par exemple, il ne peut y avoir de hors-jeu alors que les fautes peuvent quant à elle être individuelles ou collectives. Un match dure cinquante minutes (deux mi-temps de vingt-cinq minutes). Malgré tout, la passion qui anime les joueurs lors de ces rencontres est magnifique, se ressent lors de chaque passe, chaque tir.

C’est en 2004 aux Jeux Paralympiques d’Athènes que le Cécifoot a définitivement pris son envol. Reconnu officiellement comme sport olympique, il a pu être vu par des millions de personnes à travers la planète. Un beau message d’espoir pour tous les non-voyants et malvoyants de la planète qui le ressentent comme une motivation à se dépasser, peu importe les conditions.

Un sport qui se développe

Et comme le Cécifoot devait ressembler le plus possible au sport que l’on connaît, ce sont les brésiliens qui, depuis trois olympiades, remportant la finale suprême. La France n’est pas en reste, bien au contraire, puisque depuis plusieurs années les Bleus obtiennent de très bons résultats : champions d’Europe en 2009 et 2011 et vice-champions du monde et paralympiques en 2011 et 2012. Aux prochains Jeux Paralympiques de Rio en 2016, les tricolores auront à cœur de cette fois remporter le titre…

Cecifoot Fans Nation Football

Le premier club français de Cecifoot a été créé il y a maintenant près de 25 ans et pourtant, ce sport souffre encore d’un manque criant de visibilité, en particulier dans les médias. Et pourtant, lorsque l’on voit le plaisir que prennent les joueurs sur le terrain et le message d’espoir que diffuse cette pratique sportive, il faudrait que les médias fassent une promotion plus importante de ce sport. Les Girondins de Bordeaux, par l’intermédiaire de leur président Jean-Louis Triaud ont déjà proposé d’aider à son développement : « On va notamment faire des démonstrations au stade, à la mi-temps et en lever de rideau des matches, pour que le public découvre le Cécifoot. »