C’est une réalité, le football est un sport de passion. Lors d’un match, et ce peu importe le club et le pays dans lequel il évolue, il y aura toujours des supporters qui auront fait le déplacement pour venir encourager leur équipe au stade (c’est certain, le chiffre va varier en fonction de la division et de l’enjeu). Bien sûr, il existe certaines rencontres qui attirent bien plus de monde que d’autres. C’est le cas des derbys, ces matchs où deux clubs d’une même ville ou d’une même région se rencontrent, mais aussi des « classiques », des matchs historiques où deux équipes d’un même pays à la rivalité exacerbée vont s’affronter.

L’un des classiques les plus célèbres n’est autre que la rencontre Barcelone-Real Madrid. Le mondialement réputé Clasico qui depuis 1902, tient toute l’Espagne et le monde du football en haleine. Plus qu’un simple match de football, c’est la rencontre entre les deux géants du ballon rond hispanique. Si l’on rajoute à cela les revendications séparatistes catalanes (auxquelles sont fortement opposés les madrilènes), l’ambiance lors de ces matchs est le plus souvent survoltée.

Optimized-But_Ronaldinho_Real_Barca

Un génie nommé Ronaldinho
En ce jour de novembre 2005, la tension était palpable dans les travées du Stade Santiago Bernabeu. Il faut dire qu’à cette période de l’année, les deux clubs se tenaient dans un mouchoir de poche et ce match pouvait déjà être un tournant de la Liga. D’un côté, le Real Madrid donc, avec sa collection de Galacticos (Zidane, Ronaldo, Figo…) et de l’autre, Barcelone. Si l’équipe Blaugrana ne ressemble en rien à celle intraitable de 2015, elle compte dans ses rangs des joueurs de classe mondiale tels que Xavi, le camerounais Eto’o et surtout Ronaldinho.

Le brésilien va littéralement marcher sur son adversaire du soir. En plus d’inscrire deux magnifiques buts, il va ridiculiser la défense madrilène à plusieurs reprises. Son match est considéré en Espagne comme l’un des plus réussis dans un Clasico.

Optimized-Supporter_reabar

A tel point qu’en fin de rencontre, l’ex du PSG va recevoir une monstrueuse ovation de la part du public ennemi. Une première dans l’histoire de cette rencontre ou les sifflets et les insultes prennent souvent le pas sur les applaudissements.
Cette fois-ci, le football a transcendé les rancœurs. Les supporters, bien obligés de s’incliner devant le talent du brésilien, ont fait passer le sport avant les rancunes. Un geste rare, qui restera dans les annales tant la symbolique est ici forte. Près de dix ans après les événements, Ronaldinho n’y croit d’ailleurs toujours pas : « Peu de joueurs ont eu l’honneur d’être applaudi par le public du grand rival ».

Et dix ans plus tard…
Dix ans plus tard, en novembre 2015, le Real Madrid accueille de nouveau Barcelone dans son antre du Santiago Bernabeu. Une fois encore, l’enjeu est fort (la place de leader en championnat) et les Clasicos ont été bouillants les années précédentes. Mais comme l’histoire est un éternel recommencement, Barcelone a une fois encore humilié ses adversaires du soir (0-4), une claque monumentale donc. Cette fois-ci, le coupable est tout désigné, il s’agit d’Andrés Iniesta, le milieu de terrain espagnol. Ce dernier est à la base des quatre buts de son équipe, il est élu joueur du match, un honneur.

Mais la récompense va aller beaucoup plus loin. Remplacé quelques minutes avant la fin du match, il est, à l’image de Ronaldinho, acclamé par tout le stade madrilène. Une image saisissante, surprenante et même touchante lorsque l’on connaît la rivalité qui anime les deux équipes.

A dix années d’intervalle, et malgré le désamour qui existe entre ces deux clubs, les supporters du Real Madrid ont su reconnaître la supériorité, la qualité d’un adversaie lors d’un Clasico. Qu’un joueur se fasse applaudir par son ennemi le plus intime est exceptionnel, mais c’est également une belle illustration de ce que peut être le football, un sport de passionnés, capables à certaines reprises de mettre leurs querelles de côté pour profiter d’un joueur et de ses prouesses.