L’histoire commence en 1934

L’histoire d’Ernie Crouch pourrait être celle de monsieur tout le monde, sauf qu’elle ressemble plutôt à une histoire d’amour, faite de hauts et bas, pour finalement se finir tragiquement le week-end dernier.

Ce supporter de 90 ans était en effet un supporter inconditionnel d’Arsenal depuis 1934, soit une des premières périodes de succès de ce club de la capitale anglaise. Il n’avait que huit ans quand il tomba amoureux du club rouge et blanc.

Ernie2

Au delà de la capitale anglaise

Au delà de se rendre un week-end sur deux à Highbury puis à l’Emirates Stadium, les antres successives d’Arsenal, Ernie effectuait les déplacements dans toutes les contrées du pays, profitant ainsi de la proximité géographique de la plupart des clubs de Premier League. Près de la moitié des clubs de la première division sont en effet situés dans le Great London.

Celui qui portait le même nom qu’un attaquant longiligne anglais mythique a ainsi connu toutes les grandes périodes du club comme durant l’avant-guerre ou dans les années 1960 mais aussi les périodes plus compliquées dans les années 1950 et 1980 jusqu’à l’avènement de l’entraîneur qui redora le blason d’Arsenal, Arsène Wenger.

Meilleur supporter de l’année

Son implication et son aura étaient telles qu’il avait remporté en 2014 le trophée du meilleur supporter de l’année du club, délivré par un des sponsors du championnat, parmi plus de 1’400 prétendants. Ce sont plus de 3 000 matchs qu’Ernie a pu voir dans sa vie, avouant lui-même n’avoir raté qu’une demi-douzaine de matchs pour des raisons de santé uniquement. Autant dire que le siège du premier rang du bus qui lui était réservé n’était que très rarement vide. “Ca va nous faire tout drôle de savoir ce siège inoccupé la semaine prochaine en allant à Birmingham (pour affronter Aston Villa, ndlr)” affirmait un autre fan du club londonien.

« Ses » Gunners et sa passion

Il n’appréciait pas que l’équipe première masculine du club, et se rendait souvent voir les jeunes ou les féminines évoluer sous le maillot de “son” Arsenal : “Je ne fais qu’assister aux matchs parce que j’aime ça et j’aime tant ce club. Mais je suis persuadé qu’il y a d’autres personnes et des héros méconnus qui font la même chose” partageait Ernie Crouch avec la modestie qui le caractérisait.

Ce mordu du ballon rond est décédé le week-end dernier dans un accident de la route, à l’âge de 90 ans, sur le chemin du stade pour voir “ses” Gunners qui affrontaient alors Sunderland. Comme pour lui rendre hommage, les locaux ont gagné 3-1.

Pat Hale, un membre du groupe des supporters d’Arsenal, confiait même : “Pour ses 90 ans, il avait dit à son fils qu’il ne ferait plus de déplacements. Mais… la semaine dernière, on l’a quand même vu à Norwich !”

Depuis, les fans d’Arsenal multiplient les messages au club pour leur demander de tout mettre en oeuvre pour honorer sa mémoire en remportant ce titre de champion d’Angleterre qui leur fait défaut depuis 2004.

Un siège restera certes vide dans l’Emirates Stadium, mais la passion et l’esprit d’Ernie Crouch continueront de faire vivre les Gunners à jamais…