Un club qui appartient aux supporters ?

C’est la drôle d’idée en prend de l’ampleur en Angleterre. En 2002, les supporters de Wimbledon, qui vient de déménager à plus de 100km de là, créent le club dissident de l’AFC Wimbledon. A Manchester, la raison est encore plus profonde.

Quand United prend l’accent américain

En mai 2005, la famille Glazer prend le contrôle du club de Manchester United et impose sa manière de penser aux très nombreux fans, augmentant au passage le prix des abonnements, déjà très élevés Outre-Manche. Dès le mois de juin suivant, un petit groupe de supporters décide de créer “leur” version du club de leur rêve, le FC United of Manchester. Il reprendra les couleurs, l’état d’esprit d’origine, mais sera surtout dirigé entièrement par ses fans, en respectant 7 règles très précises dont le faire d’élir démocratiquement ses dirigeants, ne pas dégager de bénéfices ou privilégier les joueurs du cru.

Cette saison, ce club qui a été longuement englué dans l’équivalent de la D7 anglaise – malgré plusieurs finales de promotion perdues – évoluera en D6 avec plus de 4000 “copropriétaires-membres”. Il avait commencé au dixième échelon en 2005, obtenant 3 promotions en 3 saisons !

Des briques et des fondations

Pour fêter les 10 ans du club, un nouveau stade municipal a été construit au nord de la ville. Il respecte une des règles de fondation du club en proposant un lieu d’activités à la population défavorisée de ce coin de Manchester. Il ne comporte d’ailleurs que 750 places assises sur les 4500 places du stade, le reste des supporters devant se tenir debout pour continuer à supporter le club avec ferveur. Même sa construction a été démocratique, avec la vente de parts de fond de capital sans droit de vote, la vente de “briques du stade” aux membres ou des prêts d’organismes sans surendettement. Une des tribunes a été récupérée auprès d’un club de la banlieue de Liverpool !

Depuis 10 ans, le club alternatif de Manchester est devenu un modèle de “football participatif” et inspire de nombreux clubs en Angleterre mais aussi à l’étranger. Cela justifie pleinement leur surnom de Red Rebels !