Leaders dans l’âme

Dans le monde du football, il existe certains entraîneurs bien plus marquants que d’autres. Bien sûr, la renommée d’un coach se construit en grande partie grâce à son palmarès, et ce petit jeu, ils sont beaucoup à pouvoir prétendre au titre de plus grand coach de l’histoire (Sacchi, Mourinho, Ancelotti, Paisley…). Certains peuvent également devoir leur célébrité, malgré un palmarès moins fourni, à leur philosophie de jeu, leur manière bien à eux de voir le football. Les supporters de l’Olympique de Marseille ont l‘an passé pu par exemple profiter de l’un de ces entraîneurs capables de faire rêver tout un peuple, en la personne de l’argentin Marcelo Bielsa.

Un mauvais choc et une passion

Puis il y a l’histoire de Flavio Aurelio Silva. Loin, bien loin des entraîneurs-stars cités auparavant, il est pourtant bien l’un des coachs dont l’histoire donne des frissons, dont le parcours est une inspiration pour tous. En effet, non-voyant depuis de nombreuses années maintenant, Flavio poursuit bon gré mal gré sa passion, celle de diriger son équipe de la Juventude (petit club de quartier de la ville de Fortaleza, au Brésil) et ce malgré son handicap. Un engagement hors du commun qui porte ses fruits puisque depuis sa nomination à ce poste, le club a remporté plusieurs titres locaux !

En plus d’être coach, Flavio Aurelio Silva a été l’un des créateurs de ce club qui a pour mission de base de redonner du lien social à un quartier défavorisé de la ville. Joueur promis à un beau futur, il perd malheureusement la vue d’un œil à la suite d’un violent contact avec un adversaire. Un an plus tard, il devient définitivement non-voyant. S’il lui a bien évidemment fallu du temps pour digérer cette tragique nouvelle, Flavio a décidé de ne pas laisser tomber sa passion, le football, et de devenir entraîneur de son club de toujours.

Forcément, à cause de son handicap, Flavio a dû trouver de nouvelles manières d’appréhender le sport, de ressentir le football. Ainsi, il a renforcé ses autres sans, en particulier l’ouïe, pour repérer ses joueurs sur le terrain et pour les guider. Ses joueurs justement sont un maillon important dans le bon fonctionnement de cette équipe puisqu’ils communiquent presque constamment avec Flavio pour lui apporter les informations en temps réel. « Je n’ai pas d’assistant mais tout le monde m’aide » explique-t-il, et e effet, le public lui-même va participer en lui criant le placement des adversaires et de son équipe. Un des fans de ce club explique d’ailleurs que « Nous venons voir les matchs pour lui. On est fans ! »

Blog2

Un modèle pour tous

« Je dis avec fierté que je suis le fondateur, joueur et aujourd’hui, même aveugle, j’entraîneur Mon équipe favorite ». Et Flavio a de quoi être fier ! En plus d’avoir su contourner son handicap pour pratiquer sa passion, l’homme de 46 ans est un exemple pour tous ses joueurs, pour tout son quartier. «Il a une perception spatiale fantastique. Pour les personnes handicapées, le technicien aveugle est une leçon » explique sa femme, extrêmement fière des actes de son mari.

Une histoire touchante qui a bien sûr attiré l’attention dans le pays du football par excellence, au point même qu’un célèbre homme d’affaire accepte de financer l’équipe pour les saisons à venir.

Blog3

Car en plus de bien faire jouer son équipe, « Little Blind Man » comme le surnomment ses joueurs a déjà remporté cinq titres régionaux avec son club. Une statistique incroyable qui souligne encore plus le côté héroïque de l’action de Flavio. Très attaché à son club, il espère gagner bien d’autres trophées et ne quittera la Juventude « qu’une fois mort ».