Passionnée à jamais

Tu te dis supporter de ton club jusqu’à la fin de tes jours ? Alors tu as forcément des posters de ton idôle dans ta chambre, la fameuse Vovo do Galo ! Cette mamie s’appelle Ana Cândida de Oliveira Marques. Elle a 95 ans et c’est une dingue de l’Atletico Mineiro, au Brésil. D’où lui vient son surnom ? Vovó do Galo, la grand-mère do Galo (coq), c’est le nom donné à son club de Belo Horizonte, dont elle est une supportrice inconditionnelle.

Ana Candida de Oliveira Marques est né le 8 Juillet 1920. Elle avait donc 10 ans lors de la toute première Coupe du Monde de Football, qui a eu lieu en Uruguay. A l’époque la compétition s’appelait encore Trophée Jules Rimet.

Jamais inaperçue

Grand-mère, veuve et mère de trois enfants et cinq petits-enfants , la présence de “Vovo do Galo » ne passe jamais inaperçue dans le stade de l’Indépendance, où tout bon supporter du club ne cesse de se faire photographier avec elle dans les tribunes .

Malgré ses 95 ans, la fameuse mamie vit avec son temps et possède aussi sa page fan sur Facebook qui compte environ 35 000 fans ! Sur cette page, qui est certainement gérée par un tiers, elle partage sa passion pour le football mais surtout pour son club de coeur. A tel point qu’elle publie des posts invitant tous les fans à encourager le club en “criant jusqu’à s’en faire saigner la gorge” !

Ana effectue même certains déplacement et se paye même le luxe de visiter le musée du football lors d’un déplacement à São Paulo, musée que la grand-mère a bien entendu vu naître.

Une belle étoile

Le 8 juillet dernier, Vovó do Galo, a même eu le droit à son propre article, ou plutôt allégorie, sur l’ESPN FC, la référence en terme de presse footballistique outre atlantique. La mamie devenant une mascotte représentant, malgré elle, tous les grands parents susceptibles de venir se déplacer dans un stade de football voir un match. Pourtant Ana ne demande rien, elle vient juste au stade pour vivre sa passion et faire battre son coeur au rythme de l’Atletico Mineiro, du moins tant que son propre coeur continuera de battre…

En tout cas, on peut le dire sans trop se mouiller mais Ana a une belle étoile qui veille sur elle…