Il n’est pas une question d’âge…

Il est souvent admis que la longévité dans un domaine est souvent synonyme de sagesse, c’est particulièrement vrai dans la monde du football. Nombreux sont ces joueurs qui nous font rêver par leurs colossales carrières, remplies de succès et de clubs où leur triomphe a souvent été total. Pensons aux Pirlos, aux Rauls, aux Maldinis qui sont autant d’exemples de classe et d’intégrité à suivre pour les amateurs de football.

Pour Kazuyoshi Miura aussi, la vieillesse est loin d’être un naufrage puisque le joueur japonais, aujourd’hui âgé de 48 ans, est actuellement le footballeur le plus âgé à évoluer au plus haut échelon de ce sport.

Lorsque courant 2015, le Yokohama FC a annoncé, un peu à la surprise générale, la prolongation du contrat de Kazoyoshi Miura, le joueur avait déjà battu le record de longévité du pays du Soleil Levant. « Je suis reconnaissant envers le personnel du club et les supporters, qui m’ont toujours soutenu » expliquait-il alors. Mais c’est un secret de polichinelle, celui qui évolue au plus haut niveau depuis maintenant près de trente ans souhaite absolument battre le record mondial de Stanley Matthews qui dans les années 1960 avait joué jusqu’à ses 50 ans !

Une carrière qui commence au Brésil

Et comme on peut l’imaginer, la vie de Miura est pleine de moments importants, presque romanesque ! Très jeune, il est forcé de déménager au Brésil avec son père, ce dernier ayant des démêlés avec la justice nippone. Là-bas, le jeune homme s’imprègne très vite de la très forte culture du football et parvient même à se faire respecter de ses coéquipiers et même des supporters, malgré les différentes barrières de la langue et de la culture. Les quatre premières années de sa carrière, il les passera dans de glorieux clubs brésiliens (Santos, Palmeiras). Premier japonais a joueur au pays de Pelé, il devient très vite une célébrité locale mais pas que…

Du coup, cette expérience glanée au fil de sa riche carrière en fait l’un des pionniers du football japonais. C’est lui qui fut l’une des premières stars de l’équipe nationale, avec laquelle il remporta la Coupe d’Asie, la première victoire internationale pour les Samuraï Blue. Enorme star dans son pays, celui qui se fait surnommer King Kazu par les médias locaux est l’une des pièces essentielles de la première qualification du Japon pour une Coupe du Monde, en 1998. Malheureusement, le sélectionneur de l’époque décide au dernier moment de ne pas le retenir… Un coup dur qui n’entachera pas l’amour du public japonais à son égard.

Une idole au Japon

A tel point que la figure Kazoyoshi Miura est indissociable de la pop culture japonaise. Un exemple frappant en est la preuve. Les créateurs de la célébrissime série Olive et Tom ont récemment avoué s’être inspiré du joueur pour construire le personnage d’Olivier Atton, une pierre angulaire de ce fameux dessin animé. Il restera également comme celui qui, lors de son passage en Italie du côté du Genoa, n’aura inscrit qu’un seul but…mais lors du derby contre l’ennemi de toujours, la Sampdoria !

Miura2

Une carrière faite de bien plus de hauts que de bas et de moments forts qui en font un joueur extrêmement apprécié partout où il est passé. Bien sûr, aujourd’hui, Miura ne peut plus enchaîner les matchs comme il le faisait il y a encore quelques années. L’an passé, il n’est par exemple entré en jeu que pour une petite dizaine de minutes, juste le temps de tout de même inscrire un but décisif lors d’une rencontre.

Malgré l’âge, certaines choses ne se perdent pas. Aujourd’hui, le joueur est à la tête d’une ahurissante carrière qui en fait l’un des joueurs nippons les plus respectés (avec entre autre Nakata et Nakamura). Arrivera-t-il à battre le record de longévité de Matthews ? C’est tout ce qu’on peut lui souhaiter !