Inter Milan – FC Bâle

Rolf Bantle est un fervent supporter du FC Bâle. A l’été 2004, son club affronte l’Inter Milan dans le cadre du dernier tour préliminaire d’accession en Ligue des Champions. A cette époque, les deux équipes présentent des effectifs à faire pâlir les nouvelles générations : l’Inter Milan avait encore des joueurs comme Adriano, Recoba ou Zanetti. Le FC Bâle alignait les frères Yakin, Müller ou Christian Gimenez en attaque.

Le score est sévère pour les Suisses à San Siro. Ils prennent très vite l’eau et sombrent 4-1, pour être reversés en Coupe de l’UEFA et perdre en 32emes de finale contre Lille.

Rolf Bantle s’en va soutenir son club de cœur

Dans le magnifique stade italien, une autre histoire s’est écrite. Rolf Bantle a fait le voyage avec 3 de ses amis malgré ses faibles ressources. Il ne faut en effet que 4 heures pour rallier les deux villes. Sur place, il se restreint pour avoir le moins de frais possible.

Dès la fin du match, Rolf, 60 ans à l’époque, se rend aux toilettes. Malheureusement, il ne parvient pas à retrouver ses amis en sortant. On peut comprendre sa difficulté, car le stade de San Siro, aussi appelé Giuzeppe Meazza a une capacité de plus de 80 000 places !

Ruedi

« Ruedi »

Pour rajouter à sa difficulté, il ne peut pas rentrer seul, ayant confié ses billets à un de ses amis, et n’ayant plus les moyens de se payer de nouveaux billets. Rolf n’a ni chéquier, ni carte de crédit, ni téléphone portable. Ses poches ne contiennent que 20€, tout juste de quoi se payer quelques rations de nourriture. Il se met alors à errer dans les rues de Milan, où la population locale lui vient parfois en aide. Un étudiant lui fournit par exemple une tente pour s’abriter du froid. D’autres passants lui donnent de la nourriture et lui attribuent le surnom de “Ruedi”. Il devient même une sorte de mascotte locale dans le quartier de la bibliothèque “Baggio”, clin d’oeil sympa à sa passion du football. Roberto Baggio est en effet une légende du football transalpin.

« Peu à peu, je me suis plu et je n’ai pas trouvé de raison de rentrer. Comme j’avais pas mal bossé sur des chantiers avec des Transalpins, je n’ai pas eu de problème avec la langue. » Rolf Bantle

Rolf est déclaré disparu dans son pays 7 ans plus tard. Sa photo passe dans l’émission “Perdu de vue”, où il est repéré par des proches. Trop heureux à Milan, il refuse son rapatriement, n’ayant aucune attache en Suisse : “Je n’avais plus de raison de retourner à la maison. J’aimais la liberté à Milan”.

Son retour en Suisse

Récemment, il fait une mauvaise chute et doit être hospitalisé en urgence. Sans sécurité sociale, les autorités font des recherches plus poussées et contactent leur homologues suisses. Rapatrié “de force”, il coule des jours paisibles dans une maison de retraite de son pays, onze années après l’avoir quitté sans jamais imaginer le revoir si longtemps après. Il touche désormais une pension de 100 francs suisses par mois, soit 6 fois plus que ce qu’il avait sur lui à Milan. L’histoire ne dit pas si ladite maison de retraite retransmet les matchs du FC Bâle, son club de coeur.

Une chose est certaine, Rolf Bantle aura vécu bien plus qu’un simple match de foot à Milan: une expérience qui l’aura marqué à jamais.