Le 17 mars 2012, le footballeur Fabrice Muamba était considéré comme mort pendant près de 78 minutes. C’est en tout cas ce qu’ont affirmé les médecins de son club d’alors, Bolton Wanderers, au lendemain du terrible accident qui a frappé le joueur britannique d’origine zaïroise sur la pelouse de White Hart Lane, alors qu’il affrontait Tottenham en FA Cup.

Miraculeusement, grâce à l’intervention rapide et efficace du corps médical et à son infaillible volonté, Muamba va finalement revenir à lui et, après une longue rééducation, retrouver une vie « normale ». Quelques jours après cette terrible soirée, les médecins sont formels, c’est bien une crise cardiaque qui a failli l’emporter à seulement 23 ans…

Malgré ce tragique événement, qui a très logiquement marqué la fin de sa carrière sportive, Fabrice Muamba a rapidement souhaité aller de l’avant. Comme il l’a expliqué quelques mois après dans une interview au quotidien L’Equipe, « L’impact a été bien plus grand que je ne l’imaginais. Mon accident a uni le monde du football ».
Et en effet, en Angleterre, où le football est considéré comme une religion, les supporters ont voulu montrer tout leur soutien au joueur accidenté.

Optimized-FABRICE_MUAMBA_STADE_FANS_NATION_MOBILE_APP

En novembre 2012, lors d’un match opposant Tottenham au club slovène de Maribor en Europa League, Fabrice Muamba est de retour, en tant que simple visiteur, dans le stade où tout a basculé pour lui. Lors de son entrée sur le terrain pour donner le coup d’envoi fictif de la partie, tout le stade se lève et acclame le joueur, visiblement très ému par cet accueil. Ce qui devait être un simple salut au public se transforme alors en une gigantesque ovation, qui prouve l’amour du public britannique pour ce sport et ses acteurs.

Ici, il n’est plus question de club, il est question d’humain. Muamba n’a jamais joué pour Tottenham et pourtant, tout un public qui lui est « étranger » se lève pour lui. Ces images, à la fois fortes et émouvantes, sont un vrai message d’espoir pour la paix et l’amitié dans le football.
Certains événements surpassent le simple cadre du sport et sont vecteurs de beauté et de passion pure.

Une nouvelle vie après le malheur

Et pourtant, Fabrice Muamba n’a jamais voulu passer pour un héros, un miraculé. Pour lui, son parcours est déjà magnifique bien que sa carrière se soit stoppée de manière brutale.
Mieux encore, l’ancien footballeur souhaite mettre son histoire en avant pour envoyer un message d’espoir aux plus jeunes. «Je suis arrivé dans ce pays à onze ans sans parler un mot d’anglais, j’ai connu la Premier League, j’ai été capitaine de la sélection Espoirs».

Malgré sa courte carrière, Muamba a été un exemple pour de nombreux enfants du Zaïre, son pays d’origine, qui rêvent un jour de meilleures conditions de vie en passant par le football. « Combien de gamins nés ici auraient rêvé d’une telle chance ? Je suis heureux de tout ça » conclut-il.
Aujourd’hui, Fabrice Muamba continue de vivre sa vie comme il l’a toujours fait : avec ambition et une incroyable volonté de découvrir le monde. En juillet dernier, il a même été diplômé de journalisme à l’Université de Staffordshire. Grâce à ce succès, de nouveaux horizons s’ouvrent à lui puisqu’il a déjà travaillé à plusieurs reprises avec la BBC. De plus, il a été correspondant pour la chaîne BT Sport lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations. En parallèle il offre même des séances de coaching à différents joueurs de Liverpool.

La vie de Fabrice Muamba est un très fort message d’espoir, une belle leçon de vie pour les plus jeunes, mais aussi pour les plus démunis.
A bien des égards, et surtout après un tel incident, il est difficile de revivre normalement. Et pourtant, grâce à ses études, ses différentes collaborations journalistiques, il montre que vivre sa vie malgré certains obstacles n’est qu’une question de volonté, de dépassement de soi-même et de ses limites. En cela, Muamba est un exemple pour un très grand prisme de personnes, des patients atteints d’une maladie cardiaque aux enfants démunis du Congo, qui rêvent un jour, à son image, de jouer dans l’un des plus grands championnats de la planète.