A bien des égards, le football dépasse parfois largement le simple cadre du sport.

Cela a été le cas en 1998, en pleine Coupe du Monde en France, lorsque les deux frères ennemis du moment, Iran et Etats-Unis devaient s’affronter pour la première fois de l’Histoire en match de poule de la plus grande des compétitions. La rencontre, placée sous très haute surveillance policière par les autorités est programmée au stade Gerland de Lyon.

Mais ce jour-là, au lieu de transformer le terrain en champ de bataille, sportif et idéologique, les joueurs vont décider de fraterniser entre eux dans un geste de rapprochement. Des images rares et fortes qui, en plus de désamorcer un match qui s’annonçait explosif, vont donner un petit coup de pouce à la diplomatie mondiale.

USA vs Iran : Coupe du Monde 1998

Un contexte tendu

Il faut dire que les relations entre ces pays avaient été relativement houleuses ces dernières années. Les deux nations avaient pour habitude de s’embourber dans d’interminables crises diplomatiques, parfois pire (prise d’otage à l’ambassade des Etats-Unis de Téhéran, bombardements, ambiance de guerre froide entre les deux gouvernements) depuis l’avènement de la République islamique en 1979.

Dès l’annonce du tirage au sort en 1997, la rencontre Iran-Etats-Unis était sur toutes les lèvres, et pas que pour le football. Comme l’explique Jeré Longman, journaliste au New York Times : « tout le monde s’est rendu-compte que cette confrontation allait être l’occasion d’unir ces deux pays, de faire rencontrer deux cultures différentes ».

Dès le protocole d’avant-match, il est clair que les joueurs sont ici pour jouer au foot, pour profiter de participer à une Coupe du Monde et rien d’autre.
Bien que le match soit sur terrain neutre, l’Iran est officiellement l’équipe visiteuse. Cela n’est pas anodin puisque c’est la formation évoluant à l’extérieur qui traditionnellement va serrer la main de son adversaire du jour après les hymnes. Seul problème, comme le rappelle l’officier FIFA de cette rencontre, l’irano-américain Mehrhad Masoudi dans le livre Terrain Miné du journaliste Chérif Ghemmour : « l’ayatollah Khamanei avait donné l’ordre express à l’équipe iranienne ne de pas aller au-devant de l’équipe américaine »…

Des images de paix et de fraternité

Malgré tout, un compromis est finalement trouvé et les américains acceptèrent de tordre les traditions et d’aller eux-mêmes serrer la main de leurs adversaires du soir. Mieux encore, les joueurs des deux équipes vont se mélanger pour la photo d’avant-match.

Un moment inattendu et fort qui montre la volonté des joueurs d’utiliser le football afin de rapprocher les pays, les cultures. Ces images ont fait le tour du monde, et en tribunes, les supporters se rapprochent eux-aussi. Pour la première fois depuis longtemps, la bannière étoilée côtoie le drapeau iranien, comme un symbole de paix.

USA vs Iran : Coupe du Monde 1998

Sur le plan sportif, les enjeux de cette rencontre étaient simples. Si la qualification était impossible pour les deux équipes, le but était de ne pas terminer dernier du groupe. Et à ce petit jeu, ce sont les iraniens qui se sont montrés les plus malins puisqu’ils vont finalement s’imposer deux buts à un, sans vraiment briller techniquement. Malgré tout, à ce jour, c’est l’unique victoire que compte l’Iran en match de Coupe du Monde.

Une nouvelle fois, cette histoire montre à quel point le football est bien plus qu’un simple sport, et à quel point il peut rapprocher les peuples, les cultures, les plus grands ennemis de la planète. Ce match, qui avait tout l’air d’être un enjeu politique majeur pour deux pays, s’est finalement mué en un très beau symbole de paix, de respect et de fraternité, grâce auquel les gouvernements ont pu travailler afin d’effectuer un rapprochement politique.

Véritable point d’inflexion, il est l’un des moments fondateurs du dégel des relations entre Etats-Unis et Iran.