Les légendes des tribunes

Tous les amateurs de football ont en tête au moins un supporter légendaire, qui de par son engagement où sa personnalité aura eu la capacité de rester dans l’imaginaire collectif. Que ce soit Manolo el del Bombo, cet incroyable supporter de la sélection espagnole (lien vers article) ou bien ce fan brésilien triste aux larmes devant la défaite de son équipe favorite durant le dernier mondial (lien vers article) ils ont marqué par leur engagement, leur présence et la beauté de leurs actes. De manière générale, les supporters de football, grâce à leur passion et la fidélité qu’ils portent à leur équipe sont des sortes de héros des temps modernes, amoureux d’un sport qu’ils font passer avant tout.

En France aussi, l’équipe nationale peut se targuer d’avoir un supporter extraordinaire. Il s’appelle Clément d’Antibes et il est facilement reconnaissable de par son emblématique coq, Balthazar, qu’il emmène dans chaque stade où il se rend pour supporter les Bleus. Comme il l’explique dans différentes interviews, il se considère lui-même comme « le plus régulier » des supporters de l’Equipe de France. Et pour cause, Clément n’a que très peu manqué de matchs depuis le Mondial 1982 et un France-Angleterre qui marqua le début de sa passion.

Un melting-pot et une grande passion

Mais avant toute chose, l’histoire de Clément d’Antibes est une vraie belle histoire. Né Clément Tomaszewski en Algérie, d’un père polonais et d’une mère espagnole, il est l’incarnation même de la France issue d’un melting pot et pourtant extrêmement fier des valeurs d’un pays, « ce mélange, ça fait un très bon supporter français ». Le football est également un bon moyen de voyager pour Clément, qui n’est pas du genre à s’encrouter : « J’ai le virus du football et des voyages surtout, mon père (officier de la légion étrangère) me racontait les siens et ça faisait rêver. »

Ses faits d’armes à lui, ce sont ses Coupes du Monde. A ce jour, il a accompagné l’Equipe de France dans neuf d’entre elles, et toujours avec autant de plaisir. Pour certains de ses périples, le supporter va aller jusqu’à s’endetter pour assouvir sa passion. Ainsi, pour vivre le Mondial 2010 en Afrique du Sud, il va emprunter 4000€. Une somme énorme mais pas de quoi faire peur cet amateur « authentique ». Couronnement de sa carrière, l’apparition de son portrait dans un manuel d’éducation civique, une sorte de consécration pour celui qui porte la France haut dans son cœur.

Autour du monde avec le coq Balthazar

Bien sûr, si Clément est si reconnu à travers le monde, c’est grâce à son célèbre coq Balthazar. « C’est toujours le même, il en est à plusieurs dizaines de matchs. Il vient de mon poulailler » explique-t-il dans So Foot. Parfois, il a maille à partir avec les autorités locales, qui ont peur qu’il lance l’animal sur le terrain, où bien dans des hôtels, ou le coq se met à chanter en pleine nuit… Mais voilà, Balthazar est une vraie star et Clément ne se déplace jamais sans lui. A tel point que parfois, « mon coq à une accréditation pour rentrer au stade ».

Aujourd’hui, bien que Clément et Balthazar en aient terminé avec leurs voyages à travers le monde, ils continuent de suivre avec passion l’Equipe de France. S’il ressent un certain désamour de la part de certains supporters des Bleus, il assure que lui sera toujours au rendez-vous. « Je suis là pour encourager dans la victoire et dans la défaite ». Dans quelques mois, les hommes de Didier Deschamps disputeront sur leurs terres le prochain Euro, et nous, nous sommes surs que Clément se laissera tenter par un petit déplacement pour encourager les siens !